Cahiers d’Ac.Sé de septembre 2017 : La traite nigériane en France : évolution du phénomène et des pratiques professionnelles

A signaler, la parution des Cahiers d’Ac.Sé de septembre 2017 : La traite nigériane en France : évolution du phénomène et des pratiques professionnelles.
.
On retiendra notamment l’article  “Le cas particulier de la protection des victimes mineures” de Mme Dervilly, Vice – procureur, Chef de la section des mineurs au Parquet de Paris.
Ce texte présente l’expérience menée depuis deux ans sur le parquet de Paris dans l’accompagnement des mineures nigérianes. Un système de signalement spécifique des mineures nigérianes a été mis en place. Sur cette base, une ordonnance de placement provisoire est prononcée par le procureur avant une orientation vers des foyers ciblés et la désignation d’un juge des enfants. La procédure de la Cellule de recueil des informations préoccupantes est donc contournée. Enfin, les démarches sont faites pour qu’un administrateur ad’hoc soit désigné afin de faire basculer la procédure de demande d’asile majeur en demande d’asile mineur. Une fois que le lien de confiance avec le mineur est créé, le travail vise à permettre à ce mineur de témoigner dans le cadre de l’enquête pénale.
Cette expérience a visiblement fait les preuves de sa pertinence si l’on en croit le nombre de mineurs en ayant bénéficié. Ce point sera confirmé lorsque seront prononcés les jugements des personnes impliquées. La participation des mineures à la procédure serait incontestablement un exemple de mise en oeuvre d’une approche globale de la traite des êtres humains combinant, protection, répression et au-delà prévention. Il restera également à observer le devenir de ces jeunes mineures, mais il est incontestable que leur seule adhésion aux mesures de placement est la première étape incontournable dans leur émancipation des groupes d’exploitation.

#INVISIBLES : un film pour dénoncer la traite des enfants

invisible

Le Secours Catholique avec le Collectif Ensemble contre la traite qu’il anime a décidé de lancer une campagne de sensibilisation à la situation des enfants victimes de traite en France. Un court métrage et un livret pédagogique pour “rendre visible ce qui ne l’est pas” ont été réalisés et sont disponibles en accès libre.

Pour en savoir plus et visionner le film et consulter le livret

 

 

Rencontre à la librairie Mollat avec Bénédicte Lavaud-Legendre

Mineurs et traite des êtres humains en France

Le 13/10/2016 à partir de 18h, Bénédicte Lavaud-Legendre présentera son ouvrage à la librairie Mollat à Bordeaux, 91 rue Porte Dijeaux : Mineurs et traite des êtres humains en France : de l’identification à la prise en charge : quelles pratiques ? Quelles protections ?

Plus d’information

Ni sains, ni saufs : Enquête sur les enfants non accompagnés dans le Nord de la France

ni-sains-ni-saufs_mna_france_2016-1L’UNICEF France publie Ni sains, ni saufs, une enquête sociologique sur les enfants non accompagnés sur le littoral du Nord et de la Manche. Les résultats de cette enquête sont sans appel et révèlent les nombreux dangers auxquels sont exposés en permanence les enfants non accompagnés qui vivent dans les bidonvilles et camps du Nord de la France.

Cette enquête inédite a été réalisée par les sociologues de l’association Trajectoires, spécialisée dans les diagnostics sociaux des populations vivant en bidonvilles en France. Elle a été conduite entre les mois de janvier et avril 2016 dans sept bidonvilles sur trois départements du littoral de la Manche (Calais, Grande-Synthe, Angres, Norrent Fontes, Steenvoorde, Tatinghem, Cherbourg).

Pour l’UNICEF, l’objectif était de faire émerger au cours de ces entretiens les besoins et les points de vulnérabilité des enfants non accompagnés afin d’élaborer des recommandations pour améliorer leur prise en charge à travers les dispositifs existants ou à créer.

“L’Unicef dénonce l’exploitation des migrants mineurs dans les “jungles” françaises”

Extrait de l’article de Maryline Baumard, Le Monde, 16/06/2016 :

“Trois sociologues ont passé quatre mois sur le littoral de la Manche et dans le Calaisis, explorant les campements jusqu’à Cherbourg (Manche). Ils y ont réalisé des entretiens approfondis avec 61 jeunes venus seuls d’Afghanistan, d’Afrique subsaharienne, d’Egypte, de Syrie ou du Kurdistan.

Commandé par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), leur travail permet de comprendre qui sont ces quelque cinq cents enfants et adolescents (dont douze ont moins de 14 ans et trois moins de 12 ans), comment ils sont arrivés et dans quelles conditions ils survivent.”

Lire la suite

Mineurs et traite des êtres humains en France, De l’identification à la prise en charge : Quelles pratiques ? Quelles protections ?

Mineurs et traite des êtres humains en France

Deux ans après la parution de plan national de lutte contre la traite des êtres humains, la parution de l’ouvrage Mineurs et traite des êtres humains en France, De l’identification à la prise en charge : Quelles pratiques ? Quelles protections ? dresse un sévère constat quant à l’effectivité de la protection de ces mineurs.
S’appuyant sur la reconstitution du parcours de 70 mineurs exploités, à partir  d’entretiens réalisés auprès d’ acteurs au contact de ces victimes et de la consultation de dossiers judiciaires, les auteurs, Bénédicte Lavaud-Legendre – juriste au CNRS – et Alice Tallon – salariée de l’association ECPAT – ont mis en évidence les difficultés rencontrées.
Elles se déclinent de diverses manières à tous les stades du parcours institutionnel de ces mineurs :  absence d’identification de la situation d’exploitation par les professionnels, absence de réaction suite à l’identification, non réponse des autorités étatiques à un signalement, refus de protection juridique, échec de la proposition éducative du fait de la fugue du mineur sans retour sur le lieu de placement, absence d’accès à une formation…
Face à ce constat sévère, les auteurs préconisent en priorité le développement d’actions de formations à destination de l’ensemble des acteurs susceptibles d’être au contact des victimes : personnels médicaux et para-médicaux, travailleurs sociaux, avocats, enseignants, magistrats,…
Ces actions  doivent notamment permettre aux professionnels d’identifier la spécificité des problématiques présentées par ces mineurs liée notamment à l’existence de stratégies d’emprise mises en œuvre par les auteurs de l’exploitation et conduisant à une réelle ambivalence des victimes à l’égard de ceux qui tirent profit de leur activité. On peut croire qu’une fois mieux formés, les professionnels seront mieux à même d’identifier les situations d’exploitation et d’adapter la proposition éducative à la situation du jeune. Ce travail de fond devrait également favoriser les poursuites à l’encontre des auteurs, par une mise en confiance des victimes. Mais le chemin à parcourir reste long…

“La traite des enfants, une réalité en France”

Suite au colloque organisé ce mercredi 25 mai par diverses associations intervenant auprès des mineurs exploités, le journal Le Monde s’est fait l’écho de l’émergence de nouvelles formes d’exploitation des mineurs sur le territoire français. Sont notamment identifiés des groupes de jeunes algériens volant des portables ou de vietnamiens se livrant à la culture de cannabis.
Ce constat ne fait que renforcer l’urgence qu’il y a à mettre en œuvre effectivement une politique publique en matière de lutte contre cette pratique.

Gaëlle Dupont, La traite des enfants, une réalité en France, Le Monde, 26.05.2016