A lire, à voir : “Les michetonneuses” et “Shéhérazade”

 

Heaven, Anissa,Stéphanie et Maya sont quatre copines âgées d’une vingtaine d’années. Leur vie s’organise principalement autour de la séduction et de la rencontre d’hommes susceptibles de leur offrir vêtements ou bijoux de luxe… Obtenir de leurs conquêtes des Louboutin, un sac Vuitton ou des vêtements griffés Armani, Yves Saint Laurent,Gucci, Dior apparaît leur seul horizon. Si la lecture de ce roman est précieuse pour celles et ceux qui s’intéressent aux formes contemporaines d’exploitation et notamment au phénomène croissant du proxénétisme sur mineures, c’est parce qu’il lève une partie du voile sur ce que vivent celles qu’on peut qualifier de « michetonneuses », ou encore d’escort … La dénommée Zahia, aujourd’hui créatrice de mode et actrice de cinéma, est sans doute la plus célèbre d’entre elles. Pour le juriste, cette pratique soulève deux types de difficultés. La première est liée au fait qu’une mineure, même consentante, puisse avoir des relations sexuelles moyennant rémunération ; la seconde renvoie au rôle et à la responsabilité pénale de ceux qui les accompagnent, voire les « protègent », facilitent la mise en relation avec les clients quand ils n’exercent pas de contrainte et de violences sur ces dernière pour mieux tirer profit d’elles.

Bon nombre d’acteurs professionnels et de médias soulignent aujourd’hui l’important développement du phénomène qualifié de « proxénétisme de cités ». Or à ce jour, on dispose encore de peu de données de recherche pour décrire ce phénomène de manière objective et scientifique.  Le roman  “Les michetonneuses” n’aborde pas la question de la contrainte, ses héroïnes sont libres. Mais il donne la parole à celles qui livrent leur corps pour pouvoir afficher des signes extérieurs de richesse. Et il révèle que derrière le caractère extrêmement superficiel de leur vie, que certains trouveront horripilant, ces jeunes femmes ont aussi des préoccupations très communes, au sens noble du terme, ce qui les rend finalement très attachantes. Elles savent lors des coups dur faire preuve d’abnégation, éprouver de l’empathie, de la peine et se soucier aussi, du bonheur des leurs.

Le film “Shéhérazade” lui aborde la question de la prostitution des jeunes, et ici de mineures, sous un angle très différent. Il rapporte comment un jeune homme commence par tomber amoureux d’une copine de son ancien collège qui  se prostitue, avant de vouloir l’aider et la protéger dans son quotidien pour peu à peu se retrouver pris dans un engrenage qui peut se révéler dramatique pour l’un et pour l’autre. Le film révèle la complexité de ces situations mais aussi la détresse de celles et ceux qui sont embarqués dans de tels parcours de vie.

“Où l’on reparle des mineurs marocains isolés”

L’émission « La série documentaire » sur France Culture consacre une émission aux mineurs marocains isolés. Ces jeunes rendent visible, de manière exacerbée, les problématiques rencontrées par les mineurs isolés étrangers. Le diagnostic posé est très précieux pour tous les professionnels travaillant avec ces jeunes, mais aussi pour les citoyens qui assistent impuissants à la déchéance de ces jeunes et qui peuvent aussi y être douloureusement confrontés lorsqu’ils font preuve de violence. Si l’émission ne propose évidemment aucune solution, la compréhension de ce qui se passe est une première étape incontournable avant toute élaboration d’une action.
On retiendra les quelques mots évoqués par les professionnels pour décrire ce que vivent ces jeunes : déviance, errance et addiction.
Et l’errance, c’est une question que les travailleurs sociaux connaissent bien. Elle se décline de diverses manières : fugues, mobilité spatiale, inadaptation sociale, isolement social et relationnel, conduites à risques, souffrance psychique.
Mais, souligne l’intervenant, jusqu’alors l’errance était le fait de majeurs et, poursuit-il, « On n’était pas prêts à accompagner des mineurs soumis à ces problématiques ».

https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/des-villes-transformees-par-lexil-mes-voisins-les-migrants-11-la-goutte-dor-face-aux-mineurs-isoles

A voir : Princess, militante contre la traite humaine à Turin

A voir cette semaine, sur le site Arte.tv.fr le documentaire Princess, militante contre la traite humaine à Turin

En 2016, l’Organisation internationale pour les migrations a recensé 11 000 victimes de la traite d’êtres humains en Europe. Il s’agit uniquement de femmes, d’abord piégées par de vaines promesses, puis forcées à se prostituer. Arrivée sur le Vieux Continent à l’âge de 24 ans, Princess est passée par là. Aujourd’hui, à Turin, elle vient en aide aux victimes de prostitution forcée.

#INVISIBLES : un film pour dénoncer la traite des enfants

invisible

Le Secours Catholique avec le Collectif Ensemble contre la traite qu’il anime a décidé de lancer une campagne de sensibilisation à la situation des enfants victimes de traite en France. Un court métrage et un livret pédagogique pour “rendre visible ce qui ne l’est pas” ont été réalisés et sont disponibles en accès libre.

Pour en savoir plus et visionner le film et consulter le livret

 

 

A voir et à écouter sur France Culture

Comment parler de la traite internationale des femmes ?, 22.09.2016
Dans son émission Les discussions du soir, Antoine Garapon recoit Milena JAKSIK, sociologue, chargée de recherches au CNRS, spécialiste de la sociologie des pratiques judiciaires et des causes humanitaires.

Mémoire post-traumatique, histoires de vie et résilience, 06.10.2016
Conférence de Corinne Chaput-Le Bars, directrice du département Recherche et relation universitaires de l’IRTS Normandie-Caen, donnée dans le cadre de la deuxième édition de la Semaine de la Mémoire qui s’est déroulée à Caen du 19 au 23 septembre 2016.