Coup de projecteur sur le « rap des NSA »

La production artistique d’une classe de NSA au sein d’une UPE2A (!) (comprendre d’élèves Non Scolarisés Antérieurement – au sein d’une Unité Pédagogique pour Élèves Allophones Arrivants, pour celles et ceux qui ne parleraient pas couramment la langue « Education nationale »), nous semble mériter un coup de projecteur. Il existe probablement de très nombreux projets comparables dans les nombreux collèges et établissements qui accueillent des enfants migrants. L’opportunité de ce type de démarches et la qualité du travail réalisé ici méritent qu’on s’y attarde. Il apparaît important d’entendre ces jeunes qui ont parfois subi de multiples traumatismes avant, pendant et parfois après leur migration. Ceux qui arrivent du Sénégal, du Mali, de Côte d’Ivoire, d’Algérie, du Maroc, des Comorres ou de Mauritanie nous disent ici leur nostalgie d’un bonheur perdu, leur difficulté à s’adapter aux règles de leur établissement, leur colère et leur rage parfois, mais aussi leurs rêves d’un ailleurs.

Certains sont encore dans des situations matérielles et familiales précaires (hébergement au 115, famille dispersée…).

On peut pourtant croire que des projets tels que celui conduit ici dans le collège Aubrac du 11ème arrondissement de Paris constituent un outil remarquable au service de leur reconstruction. On ne peut être naïf ; une partie d’entre eux ne pourront sans doute pas surmonter ce qu’ils ont vécu. Pour autant, on peut croire aussi que parmi eux, d’autres trouveront un jour leur place dans la société de leur pays d’accueil grâce aux nombreux adultes et camarades qui auront pris le temps de faire un bout de chemin avec eux. Claude Sternis (psychologue clinicienne et psychanalyste) souligne l’importance des ateliers d’expression artistique – et l’on serait tenté d’ajouter qu’ils aient une visée éducative ou thérapeutique – en termes de « lien social ». Selon elle, cette expression permet de spécifier « ce nouage au culturel externe, réel, sociétal et cette renarcissisation (qu’il s’agit de) remettre en chemin », (C. Sternis, Introduction – Invitation au voyage, in E. Granier et al., L’adolescent entre marge, art et culture, Introduction – Invitation au voyage, Erès, La vie devant eux, 2013, pp. 11-20).

Au-delà, cette dernière souligne, dans le même texte, combien l’espace proposé par le groupe peut constituer un cadre propice à la rencontre et à l’invention. Elle observe en effet que le groupe protège de la « relation duelle excitante », tout à en constituant un espace au sein duquel l’adolescent peut « se cacher » autant que « s’identifier ».

A propos d’ateliers d’expression à médiation plastique, un autre auteur observe : « Dans l’atelier d’expression, l’animateur favorise l’instauration d’un espace de création, d’un espace intermédiaire. Entre le sujet et l’objet, entre le sujet et l’autre, entre le sujet et lui-même, il existe un espace transitionnel, un lieu de repos psychique où la question de la réalité, et la différence entre interne et externe, ne se pose plus, comme dans le jeu, l’art, la religion, le rêve… L’humain pour devenir adulte doit se séparer grâce « un espace potentiel (…) une aire infinie de séparation (…) rempli par le jeu créatif, l’utilisation de symboles » Winnicott, Jeu et réalité (L’espace potentiel), Paris, Gallimard, 1975, p. 151) » (M. Ségurel, « Des ateliers d’expresion à médiations plastiques : espaces transitionnels entre intérieur et extérieur », in L’adolescent entre marge, art et culture, La vie devant eux, Toulouse, France, Erès, 2013, p. 75).

Ce petit détour théorique permet de souligner l’importance de tels « projets » dans l’histoire de ces jeunes qu’ils soient NSA au sein d’une UPE2A, qu’ils aient un parcours de délinquance, qu’ils aient subi des violences, ou tout simplement qu’ils soient en quête de lieux leur permettant de s’ouvrir à d’autres et de trouver leur propre voie.

Ici, la qualité de la production artistique proposée mérite d’être soulignée et largement partagée. L’afficher est une manière de reconnaître leur richesse et peut être aussi de dire toute notre admiration à celles et ceux qui ont contribué à sa réalisation.

Le rap des NSA


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.